Pages Menu
Categories Menu
La compression dynamique : les fondamentaux à maîtriser

La compression dynamique : les fondamentaux à maîtriser

Nous entendons parler de compression dans beaucoup de situations, Photo, vidéo, mais aussi musique. Attention toutefois car un amalgame peut être très vite fait. Remettons les choses au clair tout de suite.
Nous parlons ici de compression dynamique qui permet de contrôler la dynamique du son. Ceci est totalement différent d’une compression de taille de fichier comme peut l’être par exemple la compression mp3. Ce sont deux choses différentes.

Dans cet article nous allons expliquer ce qu’est la compression dynamique et comment vous pouvez l’utiliser lors de vos mixages audios.

Compression dynamique : qu’est-ce que la dynamique ?

Nous en avons déjà évoqué les prémisses dans l’article : “Les différentes étapes du mixage audio”

La dynamique est la différence entre le son le plus fort et le son le plus faible d’un signal

compression dynamique : qu'est-ce que la dynamique du son

Les supports musicaux acceptent une dynamique variable. C’est ce que l’on appelle le dynamic Range. Par exemple un CD a une dynamique de 96 db, la radio FM 65 db.

compression dynamique : le dynamic range

La question qui se pose est comment enregistrer un orchestre ou un groupe ayant une dynamique de 85 à 90 db par exemple pour des supports comme le vinyle ou la Radio FM ?

la solution est d’utiliser les techniques de compression dynamique.

De la même façon, imaginez vous derrière une table de mixage, devant sonoriser un groupe. Il y aura des moments où ce groupe jouera de manière faible (piano) mais et manière plus forte (forte) faisant ainsi grandir la dynamique. Votre rôle derrière votre table est de pouvoir permettre au public qui les regarde de ne pas s’en prendre plein les oreilles ou inversement pouvoir entendre ce qu’il se joue. Pour cela vous avez deux choix :

  1. Lire la partition du morceau joué et anticiper les changements de dynamique à la main en jouant sur les faders
  2. Utiliser un compresseur pour agir de manière automatique (et transparente) sur la dynamique du son.

J’espère que ce deux images vous auront bien permis de comprendre ce qu’est la dynamique. Maintenant il est temps de voir ensemble les principes de la compression.

Compression dynamique : Les principes

Principe 1 : contrôler la dynamique

Ceci pour permettre une écoute plus linéaire (sans exagération) au niveau puissance sonore. Si actuellement vous ne passez pas votre temps à diminuer ou augmenter le volume quand vous écoutez de la musique dans votre voiture, dites-vous que c’est grâce (ou à cause) de la compression dynamique. C’est un traitement de al dimension verticale comme les equaliseurs.

Principe 2 :  travailler l’enveloppe d’un son

L’enveloppe d’un son est la courbe décrivant l’évolution de la propriété d’un son. Cette enveloppe est constituée d’une attaque ou transitoire et du sustain ou résonance.

compression dynamique : l'enveloppe d'un son

Avec un compresseur, nous allons donc pouvoir agir de manière plus ou moins prépondérante sur l’attaque du son ou sur son sustain de façon à changer la forme de son enveloppe et du coup son timbre.

Il faut savoir qu’il existe 3 types d’enveloppe. En fonction des instruments, le rapport Transitoire/Sustain est différent

  • Pour des instruments percussifs, nous allons avoir un enveloppe de type Impulsion (le sustain est beaucoup moins important que l’attaque)
  • Pour des instruments comme les basses et les guitares, nous allons avoir des enveloppes de type Attaque/Résonance
  • Pour les voix nous avons des enveloppes de type Entretenu

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article sur comment redonner du percutant à vos batteries grâce à un compresseur.

Après ce début théorique très important, nous allons rentrer à présent dans le côté technique. L’outil utilisé pour contrôler la dynamique d’un son s’appelle un compresseur et il est constitué de nombreux paramètres pas très évidents à comprendre aux premiers abords…

Compression dynamique : les 4 paramètres principaux d’un compresseur

Le compresseur est donc un outil indispensable, mais il faut bien l’avouer quand on se retrouve face à lui pour la première fois, ce n’est pas évident de comprendre les différents paramètres et à quoi ils servent.

Surtout qu’il existe de nombreux compresseurs, tous différents dans l’apparence et dans l’action qu’ils vont apporter.

Pour s’y retrouver le mieux est de comprendre à quoi servent les 4 paramètres principaux d’un compresseur et c’est ce que nous allons voir tout de suite.

  • Le Threshold ou seuil :

Le niveau ou seuil en décibel à partir duquel aura lieu la compression. Avant que le signal dépasse le Threshold, il n’y a pas de compression. Dès que le signal dépasse le seuil, la compression peut démarrer. Elle sera plus ou moins importante en fonction des autres paramètres de réglage que nous allons voir de suite.

  • Le Ratio :

Quantité de compression appliquée. C’est la pente de la compression. Le ratio détermine la diminution de gain qui aura lieu à partir du moment où le niveau du son a dépassé le Threshold.

  • 1 : 1 (1 pour 1) pas de compression
  • 2 : 1 (divise le signal par 2, pour 2 db en entrée, j’aurai 1 db en sortie)
  • 5 : 1 (divise le signal par 5, pour 5 db en entrée, j’aurai 1 db en sortie)
  • Un ratio à ∞ : 1 est un limiteur
compression dynamique : le threshold et le ratio
  • L’Attack

Temps que va mettre le compresseur à agir une fois que le niveau du signal aura dépassé le threshold

  • Le Release

Temps que va mettre le compresseur à relâcher son action une fois que le niveau du signal sera repassé en dessous du threshold

L’attack et le release sont en fait des temps de latence d’action du compresseur.

compression dynamique : attack et release

Compression dynamique : Les différents types de compresseurs

Nous en avons déjà parlé : ils sont nombreux. Le principe de réglage reste sensiblement le même d’un compresseur à l’autre, mais en fonction des modèles vous n’aurez pas le même affichage et les mêmes fonctionnalités de disponibles. De plus, chaque compresseur va amener quelque chose de différent de part ses propriétés. Voici un aperçu des compresseurs que vous pourrez être amené à rencontrer. Pour en savoir un peu plus, je vous invite à télécharger le livret d’accompagnement associé à cet article.

  • Les compresseurs numériques: celui intégré à votre logiciel. Très neutre dans son action.
  • Compresseurs à lampe (Vacuum Tube, Vari-Mu) exemple, le Fairchild
  • Compresseurs Opto (à diode) Exemple : le LA2A
  • Compresseur FET (Field Effect transistor) Exemple : le plus connu le UREI 1176
  • Compresseur VCA (Voltage Control Amplificator) Exemple : le DBX160

La Compression dynamique : quoi dire de plus ?

Et bien énormément de choses. L’utilisation des compresseurs est très vaste et un simple article ne suffit pas pour tout vous dévoiler. Cependant, vous avez ici les premières bases pour vous lancer dans l’application de la compression dynamique.

Pensez bien que la compression d’une piste n’est pas nécessairement obligatoire.

Pensez aussi que plusieurs compressions successives lors de votre production est toujours plus efficient qu’un grosse compression unique. Le mixage audio est un travail de minutie, apprenez à être précis avec vos outils…

A vous de jouer, téléchargez votre livret sur la compression

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This