Menu des pages
Menu des Catégories
Comprendre l’automation en mixage audio

Comprendre l’automation en mixage audio

L’automation, n’est pas le mot qui viendra à l’esprit en premier lieu lorsqu’on parlera de techniques de mixage audio.

On parlera plutôt de l’égalisation, de la compression, de la réverbération et du délai…

Ainsi, bien souvent elle n’apparait pas, à tort comme une étape et une technique essentielle à maîtriser en mixage audio.

Avant de parler des différentes manières de l’utiliser , voyons un peu dans cet article ce qui se cache derrière ce concept d’automation.

L’automation : qu’est-ce que c’est ?

D’une manière générale elle va permettre de programmer et de mémoriser différentes actions et variations au cours du mixage.

Elle peut ainsi prendre plusieurs formes. On parlera d’automation de volume, d’égalisation, de dynamique, de panoramique, de send…

Par exemple, dans le cas d’une automation de volume, cela permettra de faire varier le volume d’une piste à différents endroits de la chanson que l’on sera en train de mixer. Par exemple on pourra remonter le volume de quelques db sur la caisse claire uniquement sur les passages du refrain afin de faire ressortir cette dernière.

Automation de volume dans logic pro X
Automation de volume dans logic pro X

Vive le numérique !

On ne s’en rend pas toujours compte mais nos séquenceurs numériques aujourd’hui permettent une multitude de choses dont il était impensable d’imaginer la faisabilité il y a quelques années encore.

Imaginez bien qu’avant les premières consoles SSL  et la fonction « total recall » (Qui signifie le rappel automatique de tous les réglages), pour effectuer une automation il fallait effectuer les mouvements de fader à la volée, lors d’une seule passe et ici pas de place à l’erreur au risque de devoir tout recommencer.

Ainsi lorsqu’il n’y avait que 8 pistes l’ingé son avait la capacité de s’en sortir mais par la suite avec des projets de 24 pistes et parfois plus, l’automation devenait un véritable casse-tête presque impossible à réaliser.

Par ailleurs il faut bien comprendre aujourd’hui que l’automation, grâce à nos séquenceurs numérique permet d’automatiser tout ce qu’on veut.

On pourra ainsi automatiser, un volume, une compression, une égalisation, un effet dans un son modulaire, les sends envoyés sur vos différentes pistes… Bref il n’y a quasiment plus de limites ce qui permettra au plus créatif d’exploiter et explorer de nombreuses possibilités. L’imagination étant la seule limite à l’usage de l’automation.

Les différents modes d’automation

Les séquenceurs aujourd’hui permettent différents modes qui ont tous une fonction particulière et qu’il est intéressant de connaitre.

Read : comme sa fonction l’indique, en sélectionnant ce mode « read » vous allez activer la lecture de l’automation si tant est que vous en ayez enregistré une. Ainsi les variations enregistrées sur votre piste seront lues mais vous ne pourrez pas en enregistrer une nouvelle à partir de ce mode.

Touch : C’est le mode que l’on va privilégier lorsqu’il s’agira d’une seconde voire une troisième passe. C’est-à-dire que dès que vous allez bouger le fader, cela va opérer les modifications mais dès que ce dernier sera relâché la piste reprendra le suivi normal de ce qui a été précédemment enregistré. C’est donc un mode très pratique lorsque l’on va rechercher de la précision au sein de l’automation ou tout simplement corriger un court passage qui n’aurait pas donné pleine satisfaction lors des premières passes.

Latch : A la différence du mode Touch, lorsque vous allez relâcher le fader l’automation persistera. Ainsi si vous relâchez votre fader dans le cas d’une automation de volume à 10 db, tout le reste de la piste aura un volume de 10 db. Attention donc à bien réfléchir à vos besoins avant l’utilisation de ce mode.

Write : Ce mode aura pour principe de tout écraser ce qui a été enregistré dès lors où vous lancerez la lecture. Il est donc préférable de l’utiliser lorsqu’on effectuera la première passe de modifications grâce à l’automation.

Attention à bien le désélectionner ensuite après avoir procédé à l’enregistrement au risque d’écraser toutes les modifications effectuées précédemment.

Automation en mode "Write" sous Logic Pro X
Automation en mode “Write” sous Logic Pro X

Conclusion

Voilà  un premier volet qui je l’espère vous permettra d’y voir un peu plus clair sur cette notion qui je le rappelle est très importante au sein d’un mix quel qu’il soit.

Nous verrons dans un prochain article comment utiliser l’automation au sein de vos propres mix et dans quels objectifs.

Visionnez la vidéo ci-dessous

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This